Lone Cone

with Pas de commentaire

Texte et photos : Suzanne Mahler


07/2017
Meares Island, BC, Canada
  • Sentier: Lone Cone
  • Élévation max: 2434 pi (742 m)
  • Dénivellation: 2395 pi (730 m)
  • 6,6 km aller-retour
  • 5 h 30 (3 h de montée, 30 min de pause au sommet, 2 h de descente)
  • Difficulté: Difficile 

M’étant établie le temps d’un été dans la petite ville de Tofino, sur l’île de Vancouver, j’avais décidé d’occuper mon temps libre à faire un maximum de randonnées dans les alentours. On m’avait parlé depuis quelques semaines de l’île de Meares, dont je pouvais observer le sommet depuis Tofino, et de sa randonnée réputée pour sa difficulté. En bref, seulement 3 kilomètres de sentier pour 700 mètres de dénivelé ! C’est donc avec une amie que nous sommes parties pour une fin de semaine sur l’île de Meares, bien décidées à affronter le sentier de Lone Cone.

L’aventure commence donc avec un rapide trajet de 15 minutes en bateau-taxi depuis Tofino. Pas de chance pour nous, la brume n’était pas levée et nous n’avons pas pu profiter du paysage. Heureusement, le conducteur du bateau nous avait mis AC/DC à fond pour nous donner toute l’énergie nécessaire pour notre randonnée. Arrivées au quai sur l’île de Meares, il est possible de marcher 15 à 20 minutes jusqu’au début du sentier. Ou alors, si vous avez réservé un séjour au camping ou à l’auberge de jeunesse de l’île, un pick-up viendra vous chercher à votre arrivée. Nous avions choisi la deuxième option, car le prix de la nuit était vraiment avantageux. Nous avons ainsi pu déposer nos affaires dans le dortoir de l’auberge. Puis, plus déterminées que jamais nous avons commencé le sentier, qui débute juste à côté de l’entrée de l’auberge.

Le sentier

La randonnée n’est pas forcément longue, mais elle demande d’être en forme, car c’est de la montée en continu. Les premiers 200 mètres de dénivelé sont assez faciles et progressifs. Puis arrivent les autres 500 mètres, vraiment raides, où il faut à plusieurs reprises passer au-dessus de troncs d’arbres énormes, ou bien s’aider d’une corde pour monter (c’est presque de l’escalade !). Pour être sûr de ne pas sortir du sentier, il faut bien suivre les petits flags sur les arbres tout au long du parcours. Il n’est donc pas tout tracé et il est aussi très accidenté (beaucoup de racines, de pierre, de boue…).

Pendant toute la randonnée, nous étions plongées au cœur de la forêt humide tempérée. La végétation est très verte et principalement constituée d’impressionnants grands arbres, notamment de magnifiques cèdres.

Après quelques heures de montée, la vue au sommet est spectaculaire et console vraiment tous nos efforts. On peut voir l’ensemble de la baie Clayoquot, classée comme réserve de biosphère par l’UNESCO. On peut aussi apercevoir, au loin, la ville de Tofino.

Se loger sur l’île de Meares

Il est interdit de camper ou de faire des feux de camp sur le sentier ou au sommet. Comme nous voulions rester une nuit sur l’île, nous avions réservé une place en dortoir à auberge de jeunesse. Le bateau-taxi étant inclus dans le prix de la nuit, cela vaut vraiment la peine d’y rester ! Il est également possible de réserver un emplacement de camping, encore moins cher pour deux. L’accueil est très agréable, tout comme le lieu, avec une jolie vue sur l’océan Pacifique depuis le camping, une cuisine commune, un rond de feu, un jacuzzi et un terrain de badminton. Nous avions aussi accès à la plage où nous avons pu faire un feu de camp. Enfin, un petit lac se trouve non loin de l’auberge et nous pouvions emprunter un canot gratuitement pour y faire un tour.


Conseils et infos pratiques
  • Il n’avait pas plu les jours avant de faire la randonnée et pourtant le sol était un peu boueux. J’ose imaginer que si vous souhaitez la faire après un jour de pluie, il faut certainement prévoir des chaussures adaptées, avec de très bons crampons pour ne pas glisser.

  • L’accès au sentier est payant (vous devrez payer à la petite guérite au début), sauf si vous avez réservé une nuit à l’auberge ou au camping, il est inclus dans votre séjour.


À propos de Suzanne Mahler

Grande amatrice d’activités de plein air, ayant toujours eu soif d’aventures et de voyages. Si j’ai trouvé une vraie passion dans la randonnée, j’aime aussi diversifier mes domaines de compétences : parapente, traîneau à chien, surf… Aujourd’hui nomade à temps plein, j’erre au gré de mes envies, à la découverte de nouveaux défis pour me surpasser. Retrouvez Suzanne sur les médias sociaux…   Facebook •   @pouette_pouette •  Tumblr 


Cliquez sur ce lien pour découvrir différentes randonnées en Colombie-Britannique

error: Content is protected !!